Fécondation in vitro : ce qu’il faut savoir

 

Nombreux sont les ménages qui sont en quête d’enfant dans le monde. Grâce à l’évolution de la fécondation in vitro (FIV), il est possible de concevoir si vous rencontrez des problèmes de procréation. Alors que faut-il savoir sur la FIV ?

Fécondation in vitro : un peu d’histoire

Connue sous le sigle FIV, la fécondation in vitro est une méthode de procréation médicalement assistée (PMA) créée par Robert Edwards et Patrick Steptoe en 1960 et qui fait le bonheur des individus depuis lors. En effet, c’est le 25 juillet 1978 que la technique a permis de donner naissance à un être humain dénommé Louise Brown qui fut le premier enfant conçu par la FIV, et ce en Grande-Bretagne. 4 ans plus tard, l’expérience est réalisée en France et permet de concevoir la petite Amandine née en février 1982. Selon les résultats avancés par l’Institut national d’études démographiques, entre 1981 et la fin des années 2014, 300 000 enfants ont vu le jour via la fécondation in vitro en France.

En quoi consiste réellement la FIV ?

La fécondation in vitro est une méthode de procréation qui consiste à féconder un grand nombre de gamètes mâles et femelles en dehors du corps humain. Cette méthode permet de pouvoir aboutir au même résultat qu’une grossesse, mais le processus ne se réalise pas dans le ventre d’une femme. Aujourd’hui, de nombreuses personnes recourent à la FIV  pour avoir des enfants. 

La fécondation in vitro est-elle équivalente à l’insémination artificielle ?

L’insémination artificielle est une technique de procréation médicalement assistée également dont le but est de recueillir les spermatozoïdes d’un homme en les déposant dans l’utérus de la femme pour féconder l’ovule. La fécondation in vitro est la rencontre de l’ovule et des spermatozoïdes à l’extérieur du ventre de la femme. C’est après fécondation au l’embryon obtenu est implanté dans l’utérus de la femme pour nidation.